Le Copil et les groupes ont commencé leur travail

Réuni le 18 avril dernier dans le chef-lieu du Jura bernois, le Comité de fusion (Copil) des communes du Haut-Vallon a notamment bien avancé dans l’étude des conséquences prévisibles d’une fusion, sur divers organismes et institutions.

Encourageant

Rappelons en préambule que ce Copil est formé des maires concernés, à savoir Benjamin Rindlisbacher (Courtelary), Marc Jean-Mairet (Sonvilier), Patrick Tanner (Saint-Imier), Andreas Niederhauser (Renan) et Gérard Py (Cormoret) ; ses réflexions et décisions sont consolidées par les exécutifs qu’ils dirigent.

Revenant sur la séance du 21 mars, le Copil s’est réjoui de son succès encourageant, en constatant que la quasi intégralité des personnes invitées avaient répondu présent. Il a relevé avec plaisir le caractère constructif des échanges vécus ce soir-là, qui ont permis à tous les membres de groupe de faire connaissance et de découvrir concrètement et exhaustivement les tâches qui les attendent.

C’est parti !

Le Copil adresse ses remerciements publics à toutes les personnes qui se sont engagées le 21 mars dernier pour lancer ce projet d’envergure.

La signature d’un contrat de pourparlers, qui sert désormais de base au travail à mener au sein des groupes, constituait évidemment l’événement phare de cette première soirée, événement, largement relayé par les médias régionaux, ce dont le Copil se réjouit également.

Depuis cette soirée de plénum, tous les groupes ont lancé leur travail ; la plupart d’entre eux ont même tenu déjà une première séance.

Une étude attentive des conséquences prévisibles

Le Copil, lui aussi, a attaqué les tâches concrètes qui lui reviennent. Ainsi le 18 avril a-t-il lancé l’étude des conséquence prévisibles, d’une fusion à cinq, sur divers organismes locaux ou régionaux, à savoir Crescentia SA (Saint-Imier), Espace découverte Energies (Haut-Vallon), Erguël Sports SA, PTSI SA (Parc technologique Saint-Imier), Fondation reine Berthe, Diatel SA et le Funiculaire Saint-Imier-Mont-Soleil SA.

Les maires se penchent actuellement sur la situation actuelle de tous ces organismes et évalue les effets prévisibles sur eux, à tous points de vue, en cas de fusion de communes. Chaque rapport détaillé sera présenté aux cinq Exécutifs communaux, puis publié sur le site du projet.

Et la suite ?

Le tout nouveau site du projet, justement, est désormais complètement actif, à l’adresse www.avenir-vallon.ch. Il est alimenté régulièrement, au fur et à mesure des études et tâches bouclées.

On signalera encore que le Copil a fixé ses prochaines séances, les agendant aux 31 mai et 28 juin, à Courtelary.

com | copil