Départements municipaux

Cinq conseillers municipaux, cela semble bien peu, pour une commune de presque 10’000 habitants. Ces élus pourront-ils diriger convenablement leurs dicastères ou laisseront-ils champ libre aux chefs de service, qui ne sont pas élus ?

Le groupe de travail responsable de ce dossier a étudié d’une part le fonctionnement d’autres communes de la même importance, d’autre part le contenu des divers départements/dicastères de nos cinq communes actuelles. Après un travail fouillé et des audits, il est arrivé à la conclusion que la création de cinq départements est la solution optimale pour diverses raisons, en particulier l’unité de la matière et l’équilibre de charge de travail entre les cinq départements.

Raisons :

  • Taille équilibrée des différents départements en termes de ressources humaines (EPT), de charge de travail et de représentations ;
  • Importance d’avoir une organisation politique qui colle à l’organisation structurelle de la commune. Un conseil municipal à 7 nécessiterait la création de départements supplémentaires et donc l’engagement de chefs de services et donc des coûts pour la nouvelle commune
  •  

Se basant d’une part sur le travail actuellement effectué par les élus de nos communes (totalement miliciens dans 4 communes sur 5), et d’autre part sur le travail effectué par les élus de communes d’importance comparable, le groupe de travail a fixé le taux d’emploi à 40 % pour les conseillers, respectivement 80 % pour le maire.

Il est bien clair que les chefs de service en tant que spécialistes de métier bénéficieront de plus grandes responsabilités opérationnelles que les employés techniques ou administratifs actuels des petites communes et jouiront de ce fait d’une plus grande autonomie de travail.. Les décisions stratégiques seront toujours prises en concertation avec les chefs de départements (membres de l’exécutif) ou par les organes politiques compétents..

Plusieurs communes (professionnelles ou semi-professionnelles) fonctionnent à satisfaction avec un Conseil municipal à 5, c’est le cas notamment de la Chaux-de-Fonds, de Bienne, de Delémont, de Neuchâtel, de Val-de-Ruz, de Val-de-Travers, du Locle.