La quotité imérienne n’est surtout pas garantie

La hausse de quotité pour les Imériens (+1,4 dixième) doit être appréhendée à l’aune de facteurs extérieurs impactant fortement la plus grande commune. Rappelons que la nouvelle imposition des entreprises induira des pertes fiscales estimées à 1,349 millions de francs sur le territoire d’Erguël ; or de ce total, plus d’1 million sera perdu par Saint-Imier.

En raison également de gros investissements planifiés, le compte de résultat de Saint-Imier ne va pas retrouver l’équilibre à moyen terme ; il affiche des déficits de 1,5 million de francs en 2021 et de plus de 2 millions dès 2022.

Conséquemment, si la fusion était refusée, il pourrait s’avérer nécessaire à moyen terme, compte tenu des nombreux changements présentés dans ces colonnes, d’augmenter la quotité imérienne de 1 à 2 dixièmes, pour l’élever donc à un taux compris entre 1.85 et 1.95.

On ajoutera que la quotité des autres communes sera impactée tant par la baisse prévue des revenus de la péréquation financière que par les fortes hausses attendues en matière de répartition des charges entre le canton et les communes.  Le budget prévisionnel 2022 de la commune d’Erguël tient déjà compte de ces composantes.