Se regrouper permettra de (re)donner une existence à l’autonomie communale

L’autonomie communale a fondu comme les glaciers, seul un regroupement peut la revigorer !

L’autonomie communale diminue, unissons-nous pour ne pas la laisser disparaître

Le regroupement, seul moyen de venir au secours de la précieuse autonomie communale

La démocratie, c’est aussi l’autonomie communale ! Un regroupement permettra de la sauver

Elles ne datent pas d’hier, les premières doléances suscitées par l’érosion de l’autonomie communale. « Nous ne déciderons bientôt plus que la couleur de notre papier à lettres », déplorent les petites entités, qui ont mal à leur fédéralisme. Or en fusionnant, nos cinq communes se donneront du poids, mais également une belle marge de manœuvre en matière d’aménagement du territoire, où elles pourront donner ensemble une existence concrète et utile à leur autonomie. Acteurs industriels et artisanaux présents ou potentiels, porteurs de l’agriculture régionale, environnement naturel et qualité de vie des habitants : tous ceux qui font vivre ce haut-vallon y trouveront des avantages.

« Le droit supérieur nous y contraint » : cette phrase tueuse d’espoir politique, les citoyennes et les citoyens qui fréquentent les assemblées municipales l’entendent souvent. Le Canton ordonne, la Confédération impose, et la Commune tente de satisfaire ses habitants tout en obéissant aux instances supérieures.

Voyons un domaine où la fusion permettra à nos localités de décider pour elles-mêmes, de se bâtir un avenir avantageux.

Un spécialiste de l’aménagement

Parmi les personnes qui se sont penchées sur la question de l’aménagement du territoire, dans le cadre des études préalables au projet de fusion, Francis Daetwyler est incontestablement la personne de référence. Président du groupe de travail Urbanisme, infrastructures et mobilité, il connaît sur le bout du doigt un domaine traité quasi quotidiennement dans sa vie professionnelle. C’est logiquement auprès de ce spécialiste que nous avons glané les informations dispensées ici et donc toutes vérifiables.

Avec la nécessaire densification des constructions, qui traduit les efforts pour contrer le mitage du territoire helvétique, les exigences se sont élevées très nettement ces dernières années dans le domaine de l’aménagement du territoire. Des exigences particulièrement difficiles à remplir pour les plus petites collectivités qui souhaitent développer l’offre à leur population.

En fusionnant nos cinq communes, et donc en créant un territoire unique de Renan à Courtelary (Villeret excepté bien entendu), on ouvrira la voie à une planification nettement plus aisée, puisque sur un plus grand espace général induisant la possibilités de zones elles-mêmes plus vastes.

Qualité de vie à la hausse

En matière d’habitat tout d’abord, que l’on veuille répondre aux aspirations des personnes souhaitant mettre sur leur tête un toit individuel ou offrir un véritable choix aux familles désireuses de trouver un logement confortable dans un cadre communautaire, la nouvelle commune aura les moyens territoriaux de dessiner les zones ad hoc là où elles conviennent le mieux et de leur donner des dimensions raisonnables et efficientes.

Chacune séparément, les cinq communes actuelles peineraient à ouvrir par exemple une nouvelle zone d’immeubles locatifs suffisamment importante pour qu’on puisse lui adjoindre tous les aménagements souhaitables, en termes de place de jeux, d’offre sportive ou de lieu de rencontre notamment.

Dans ce domaine, l’augmentation de la masse critique induira la possibilité incontestable d’améliorer la qualité de vie des habitants, en leur consacrant non pas la dernière parcelle disponible, mais la meilleure zone pour cette affectation.

De l’industrie à l’agriculture

Saint-Imier a fourni de gros efforts, ces dernières années, en matière de zones d’activités économiques et industrielles. Celle de La Clef s’est bien remplie et atteint clairement ses limites. Et topographiquement, la commune n’a plus de véritable atout à faire valoir dans ce domaine, contrairement, par exemple, aux bourgades de Courtelary et de Cormoret. En cas de fusion, l’implantation d’une nouvelle entreprise profitera à tous, où qu’elle se trouve sur le territoire concerné ; les localités n’auront plus à prendre en compte l’élément fiscal pour définir l’affectation de leur territoire. 

Et le secteur primaire, dans tout cela ? Quoique moins évidents de prime abord, ses avantages ne sont pas négligeables : jouissant d’une marge de manœuvre plus grande, la nouvelle commune pourra davantage tenir compte de ses diverses branches et en particulier proposer une gestion/protection/attribution plus intelligente des surfaces agricoles.

Compétences en hausse

Dans le canton de Berne, les communes comptant plus de 10’000 habitants jouissent d’une autonomie plus large, notamment dans l’octroi des permis de construire. Erguël n’atteindra pas (immédiatement) ce seuil, mais n’en sera pas loin, avec près de 10’000 âmes aujourd’hui. Elle se forgera donc un service de l’urbanisme aux qualités et aux capacités importantes, ce qui lui permettra d’obtenir des compétences élargies. Erguël peut en effet compter sur de nouveaux pouvoirs décisionnels, toujours dans le domaine du territoire ; pouvoirs qui ne sont accordés aujourd’hui à aucune des cinq communes, même pas Saint-Imier.

Une entité qui compte

Dotée d’un service de l’urbanisme plus conséquent et d’un Exécutif municipal plus professionnel donc plus pointu, Erguël sera nettement mieux armée, à la fois pour remplir les exigences cantonales en matière d’aménagement et pour négocier des compétences accrues dans le même domaine.

Cette facilitation de la planification territoriale, ajoutée à ce renforcement de l’administration, participeront directement à la revitalisation de l’autonomie communale. | copil

Des économies d’échelle

Les coûts de réalisation et de gestion d’un plan de zones ne sont pas proportionnels à sa surface totale. La préparation d’une zone d’activité ou d’une zone d’habitat induit des frais de base qui ne varient pas énormément selon la surface concernée. Et si la viabilisation est généralement devisée au mètre linéaire de route ou de conduite, la facture totale n’est pourtant pas proportionnelle à la grandeur du terrain. Une évidence qui explique les économies d’échelle non négligeables sur lesquelles Erguël pourra compter en termes d’aménagement du territoire.

Ces économies, comme toutes celles qui seront réalisables au fur et à mesure de l’exploitation et du fonctionnement communs, la nouvelle collectivité en profitera à l’avenir. Elles n’étaient évidemment pas intégrables au budget 2022, mais ne doivent pourtant pas être oubliées, lorsqu’on se préoccupe du futur financier que peut espérer le haut-vallon. | copil

Plusieurs rendez-vous d’information

A deux mois de la votation populaire sur ce projet de fusion, rappelons que plusieurs rendez-vous d’information vous permettront d’appuyer votre opinion sur des renseignements solides.

Rappelons tout d’abord que le Journal du Jura organise le vendredi 30 octobre prochain, en soirée, un débat contradictoire et public, consacré au projet de fusion des communes du Haut-Vallon. C’est à Sonvilier qu’est d’ores et déjà donné rendez-vous à la population concernée, qui pourra entendre quatre débatteurs confronter leurs arguments, deux d’entre eux étant convaincus par la fusion, deux autres opposés à ce mariage. Blaise Droz mènera le débat qui promet dès lors d’être passionnant.

Par ailleurs, entre la mi-octobre et la mi-novembre, les maires des cinq communes concernées par la fusion, lesquels forment rappelons-le le Comité de pilotage (CoPil), tiendront autant de rendez-vous informels, placés sous la bannière « café-fusion ». Dans chacune des localités, une telle rencontre permettra aux habitants de venir poser toutes leurs questions, à leur maire et à ses collègues du CoPil, dans une ambiance détendue et conviviale. Une occasion précieuse d’en savoir davantage, d’exprimer ses doutes, de comprendre vraiment tous les tenants et aboutissants de ce processus.

Le programme exact de ces rendez-vous vous sera précisé tout prochainement. | copil