Séance d’information publique le 2 octobre – 20h salle de spectacles de Saint-Imier

Les rapports arrivent, le travail est approfondi, le calendrier parfaitement respecté.

Le comité de travail chapeautant le projet de fusion des communes du Haut-Vallon, en vue de former la nouvelle commune d’Erguël, vient de fixer la
prochaine séance d’information publique ouverte à toute la population. Au soir du mercredi 2 octobre prochain, les habitants de Renan, Sonvilier, Saint-Imier,
Cormoret et Courtelary, mais également des autres villages, sont donc d’ores et déjà chaleureusement conviés à 20h à la salle de spectacles imérienne.

A l’écoute

A cette occasion, les présidents des différents groupes de travail présenteront les fruits de rencontres laborieuses et enrichissantes. Les résultats des rapports
seront détaillés à l’assistance, qui pourra poser des questions, obtenir des précisions et exprimer ses divers avis.
Comme de coutume depuis le lancement du projet, le Comité de pilotage entend se montrer totalement à l’écoute de la population. Il prendra note de
toutes les remarques émises et souhaite profiter de cette séance publique pour sonder les positions de ses concitoyens sur cet important dossier.
Pour l’heure, les détails horaires de la soirée n’ont pas été fixés, mais ils seront communiqués en temps voulu.

Débat public avant Noël

De même le Copil réfléchira-t-il encore à l’organisation du vaste débat public qui suivra, probablement durant l’arrière-automne. Il estime capital de prendre
largement le pouls de la population, une fois que les éventuelles améliorations et autres modifications auront été apportées au projet, suite à la séance du 2
octobre. Ce débat sera très probablement ouvert sur chaque thème séparément, mais sa forme demeure encore à définir. Quoi qu’il en soit, chaque citoyenne et citoyen qui le souhaite pourra exprimer son opinion.

Calendrier respecté

Benjamin Rindlisbacher, président du Comité de pilotage, tient une nouvelle fois à remercier ici très chaleureusement les membres des divers groupes de
travail pour l’excellence de leur engagement. « La plupart des rapports nous ont été rendus, les autres ne tarderont pas, et nous pourrons donc
parfaitement respecter le calendrier fixé », souligne-t-il avec satisfaction. Rappelons que le Copil étudiera ces rapports dès après les vacances estivales. Il
restera donc une année pleine avant le vote final, agendé au dimanche 27 septembre 2020, parallèlement aux élections fédérales.
« Il n’est pas impossible que certains rapports retournent en groupe de travail, histoire de peaufiner certains détails pour obtenir une parfaite cohérence entre
tous les textes. »

Du concret !

Il reste que jusqu’ici, le comité de pilotage a pu constater qu’un excellent travail de fond a été fait, que les rapports délivrés n’incluent aucune prise de
position minoritaire : « Les propositions ont été discutées de manière approfondie en groupe de travail, afin d’obtenir des consensus réjouissant pour
la suite. » Pas moins réjouissant pour l’avenir du projet : « Les groupes n’ont pas hésité à impliquer des personnes externes, à les questionner, à leur demander des
informations et des explications. Cette manière de faire est garante de rapports collant de près à la réalité du terrain. Il n’y a pas à craindre la moindre
théorisation. »

Lieu d’échange

Le maire de Courtelary souligne par ailleurs que le Copil rencontre les présidents de groupe avant chacune de ses séances, ce qui permet de faire
suivre précisément et complètement toutes les questions, informations, remarques. Le dialogue est ouvert en permanence, donc, qui est garant d’une
cohérence générale de la démarche. On signalera également qu’une deuxième rencontre a été tenue avec les maires de La Ferrière, Villeret et Cortébert, consacrée à tous les dossiers qui touchent également ces communes, écoles, services sociaux et sapeurs pompiersen particulier. Et Benjamin Rindlisbacher de qualifier cette séance de
constructive, non sans préciser que diverses questions demeurent encore à préciser ou à régler.

Armoiries

Le 2 octobre, une première série de propositions d’armoiries, dessinées par un spécialiste pour la future commune d’Erguël, seront présentées à l’assistance.
Les réactions de cette dernière détermineront en bonne partie le processus de choix et de décision populaire qui sera ensuite mis au point à ce sujet précis.