Armoiries

La population est appelée à choisir les futures armoiries !

Nicolas Vernot, leur auteur, présente ici les trois différentes armoiries qu’il a réalisées. Après lecture de ses explications, les habitantes et habitants de Cormoret, Courtelary, Renan, Saint-Imier et Sonvilier, pourront voter pour le visuel qui les séduit. Ils pourront exprimer leur vote, jusqu’au 17 avril 2020 au plus tard, directement sur ce site internet, par courriel à info@avenir-vallon.ch, par pli postal à Avenir Vallon, Case postale 59, 2608 Courtelary (le cachet postal fait foi, qui doit impérativement porter la date du 9 avril au plus tard).

Armoiries

Deux écueils et trois objectifs

Les projets présentés s’efforcent d’éviter deux écueils principaux :

Primo, la reprise d’un ou de plusieurs éléments trop spécifiquement attachés à une des cinq communes du projet de fusion ; pour cette raison, par exemple, le griffon de la légende de saint Imier a été écarté. De même, les armoiries de la commune nouvelle devraient être, autant que possible, suffisamment distinctes des armoiries préexistantes des cinq localités, afin d’éviter les confusions et les malentendus. Pour cette raison, la reprise des armoiries historiques de la seigneurie d’Erguël, utilisées par la commune de Saint-Imier depuis le XIXe siècle, n’a pas été envisagée.

Secundo, la banalité, ce qui exclut des figures que l’on retrouve déjà trop souvent sur d’autres armoiries de communes, notamment issues de fusion ; je pense en particulier aux étoiles à cinq ou six branches, aux cours d’eau stylisés. Compte-tenu de l’abondance d’armoiries communales en Suisse, celles de la commune nouvelle d’Erguël doivent certes respecter les usages et traditions héraldiques et helvétiques, mais également faire preuve d’originalité, pour se distinguer.

En bref, les armoiries retenues doivent :

Primo, fédérer et non diviser. L’accent est donc mis sur les éléments qui identifient et rassemblent les habitants de la future commune.

Secundo, être simples, pour faciliter leur reconnaissance, leur mémorisation et leur appropriation par la population. Moins il y a de figures et de couleurs, mieux c’est. Dans le même esprit, leur symbolique, une fois expliquée, doit être comprise de tous.

Tertio, ces armoiries doivent être agréables à l’œil, afin qu’elles constituent un motif de fierté pour les habitants, et d’intérêt pour les personnes extérieures.

Nicolas Vernot, historien spécialisé, secrétaire général de l’Académie internationale d’héraldique, membre de la Société suisse d’héraldique

Cliquez ici pour voir la description détaillée des armoiries A

Cliquez ici pour voir la description détaillée des armoiries B

Cliquez ici pour voir la description détaillée des armoiries C

Explication du choix de l’hirondelle pour les armoiries B et C

LE VOTE EST TERMINÉ